Postures marocaines : Le problème, c’est les autres – Mohammed Aboulfath

Il ne se passe pas un jour sans que j’entende mes concitoyens répéter des aphorismes du genre « m’cha alya trane », « m’cha alya al waqt », « Drebni lberd »…etc. C’est devenu quasi culturel de se dédouaner et rejeter ses manquements, ses responsabilités et ses fautes sur l’autre.

L’autre a fait ceci, l’autre n’a pas fait cela…Tout le monde accuse tout le monde, mais personne ne prend le temps de faire une rétrospective sur ses faits et gestes. Personne ne porte de jugement sur son comportement, alors qu’à côté, tout le monde excelle dans les jugements à l’emporte-pièce et les procès d’intention. Nous nous complaisons tellement dans l’accusation de l’autre que nous avons perdu la faculté de nous remettre en question pour chercher les remèdes à nos problèmes.

«Nous blâmons la société; or la société, c’est nous toutes et tous. Elle reflète le « mainstream »- de ses composantes, gouvernants et gouvernés, partis politiques, société civile et citoyens. En somme, la société n’est que l’expression de la culture dominante- la nôtre- que chacun d’entre nous véhicule au quotidien en la déclinant en comportements avec ses proches et avec autrui, dans le travail, dans la rue, dans une file d’attente…etc. Peu ou prou, tous les Marocains sont logés CULTURELLEMENT à la même enseigne, nonobstant le fard des apparences! Et c’est pour cela que notre pays peine à sortir de sa léthargie.» Dixit mon ami M.Melgou.

Tout ça pour vous dire que le changement commence d’abord par soi-même et que l’on ne peut changer la société si on ne commence pas par opérer des petits changements autour de soi. Chacun de nous peut être acteur dans le changement. Chaque goutte d’eau compte pour former un océan. Tout un chacun peut jouer un rôle, et la toute première action à poser, lorsque rien d’autre n’est encore possible, est de s’engager vis-à-vis de soi-même.

Avant de terminer, je voudrais que vous sachiez que la route du changement est longue et parsemée d’embuches ; et que souvent, à défaut de se moquer de vous parce que vous avez essayé, on vous blâmera parce que vous avez réussi!

Gandhi disait : «Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde». À la prochaine!



Author Image

Jeune casablancais désabusé, ingénieur en informatique, social media and photography addict, accessoirement chroniqueur et troublemaker à mi-temps!