Réveillez-vous ! nous sommes toujours colonisés

     [dropcap color= »#888″ type= »square »]A[/dropcap]ujourd’hui comme hier, on est toujours colonisé, cette nouvelle forme de colonisation est de commercialiser des produits dans des pays économiquement faibles pour contrôler leurs mentalités à distance, les obliger à être des consommateurs dépendants, irresponsables envers la nature et de les empêcher d’être des producteurs indépendants voire même des non-producteurs.

Notre consommation aujourd’hui ne cesse d’accroitre en se transformant en surconsommation insensée, notre système de production et nos investissements sont mal gérés, Comment peut on y remédier ?

Nous qualifions l’acte qui incite à la destruction des cycles écologiques et des saisons de consommation alimentaire comme étant une consommation démesurée, les acteurs qui œuvrent pour ce déséquilibre, consomment des produits génétiquement modifiés, traités chimiquement et hors saison, ce qui  engendre une marginalisation de la production de produits naturels vendus à des prix exorbitants comme les produits bio par exemple.

Par conséquent, cette avidité des consommateurs se réfracte sur la plupart des nécessités vitales pour la survie de l’être humain, ces nécessités qui ont été converties sous une forme marchande, chosifiée pour des fins lucratives. L’eau par exemple, a été exploitée, (en l’extractant de son état brut censé être naturel à un état pollué) en la privatisant via le processus de conditionnement en bouteille, et cela se répercuterait  probablement sur le reste de nos besoins vitaux voire même sur l’air que nous respirons.

Ce qui me préoccupe désormais, n’est pas ce désir excessif de consommer ou cette indifférence à l’égard de la manipulation des ressources naturelles, mais plutôt le fait que nous sommes consommateurs et non pas producteurs.

Ce qui me tracasse davantage, c’est qu’au nom de la mondialisation et de l’insuffisance de la production en interne, nous importons de l’occident des biens dont nous n’avons pas besoin et qui ne servent qu’à nourrir cette surconsommation et vider nos poches au profit d’entreprises dont les gains sont plus importants que la vie du consommateur.

Certaines personnes me disent que la méthode efficace pour remédier à cette culture de consommation abusée au Maroc, n’est autre que le Boycott de ces entreprises. Mais imaginons si nous boycottons tous les produits occidentaux, comment sera donc notre quotidien, nous qui :

* Comptons sur l’importation au lieu de favoriser le développement du produit « Made In Morocco » sous prétexte que le rapport qualité prix est plus rentable.

* Mettons de l’argent dans des festivals au lieu de les investir dans des laboratoires de recherche.

* Organisons des événements sportifs très couteux au détriment du développement du système éducatif.

* Favorisons et surestimons la compétence étrangère aux dépens de la compétence locale qu’on laisse s’expatrier.

Ce que nous pouvons adopter comme engagement vis-à-vis de cette situation socio-économique en tant qu’acteurs associatifs, étudiants engagés, futurs entrepreneurs, futurs cadres politiques, est de faire répandre ce message de sensibilisation, d’enfiler un uniforme de consommateur responsable, conscient de l’efficacité d’une productivité nationale.