Les Syriens : Un cri fortement Sourd

Des syriens en France, telle est l’actualité qui circule rattrapant l’image de la France sous une nouvelle forme, plutôt investie dans l’humanitaire, faisant preuve de solidarité. Des syriens dans les rues de la France, c’est aussi un combat, une réalité qui se vit au quotidien, reflétant l’autre revers éclipsé….

Forcés à quitter leur territoire, Ils n’ont pas choisi où atterrir, le destin les a bien ramenés sur la terre bénite d’un pays dit de merveilles. La France a bien accepté de les accueillir, ouvrant ses portes bien larges pour leur offrir de l’hospitalité et du refuge…Mais Quand nous recevons un invité, il ne suffit pas de l’accueillir, de le faire entrer et puis le laisser debout, juste à côté de la porte à quelques pas plus loin, à peine pour pouvoir refermer cette fameuse porte et faire croire à tout œil extérieur que tout va bien à l’intérieur. Si vous vous demandez pourquoi je livre ce sentiment vis-à-vis de cet accueil et pas un autre, ces lignes sont justement là pour vous répondre et expliquer ma position.

Les Syriens, ces invités loin d’être d’honneur, passent leurs journées à errer dans les stations du métro, enfants, femmes et hommes. Que font les invités dans ces stations, à l’entrée des centres commerciaux, devant les supermarchés et dans les gares du train ? Ils crient ! Ils crient de toute leur force, haut et fort, reprenant une seule et même réplique « ساعدوا إخوانكم من سوريا ». Et à la hauteur de leurs interjections, personne ne réagit, on les regarde de loin, comme si on regardait un horizon, comme si on regardait quelque chose de faux. Ils font tellement de bruit, mais leur écho demeure inaudible, perdant la partie face au silence assourdissant des français. Alors pourquoi vous criez ? et pour qui faudrait-il le faire ? C’est un appel au secours, je l’ai bien compris mais votre appel est sourd !

Le courant n’est pas passé… Il ne passera Jamais !

Le Quiproquo est tellement présent et bien ancré dans ce tableau extrait d’une réalité amère, que cette situation morose donne envie de rire à la hauteur de leur déception. Entre les français qui parlent que français et les réfugiés qui crient en arabe, le courant refuse de passer et il ne passera jamais ! ô quelle fausse bonne excuse : « On ne vous comprend pas » murmura le peuple, alors si vous pouvez parler français chers syriens pour pouvoir communiquer, peut-être vos besoins seront assouvis, vos souffrances seront apaisées…

Parce qu’être démuni et sans foyer, avoir froid et faim ont besoin de mots, qu’ils soient dits, pour être exprimés, ou de traduction pour être perçu et compris. Mais les Syriens, toujours de bonne foi, ont été convaincus que faire cet appel en arabe ne tiendra jamais, ils ont décidé d’emprunter quelques mots à l’académie française, des mots qui vont leur coûter chers pour pouvoir les honorer. A peine ils arrivent à les prononcer, eux qui occupent la plus faible position dans ce duel disputé, n’ont qu’à céder et accepter toutes les clauses de la contrepartie. Vous dites que c’est la langue qui fait obstacle à toute possibilité de communication, le voilà leur appel rattrapé sous la langue de Molière comme vous préférez l’écouter, vous dont le cœur vibre pour les mots et la forme en premier puis l’humain vient après…

Qu’est ce qui se passe encore ? En français, on a parlé, Des Molières on est devenu, Liberté fraternité égalité, votre devise, on a répété et la marseillaise, votre hymne national, on a récité. Pourquoi alors

vous êtes toujours en mode d’avion, si froids et insensés ? Mais voyons chers réfugiés, observez bien les gens autour de vous et faites bien attention à qui vous parlez, vous allez tout de suite comprendre qu’on ne va pas vous écouter. Ils sont tous déconnectés, ils ont tous les oreilles bouchées, leurs écouteurs branchés. Ils ne vous entendent pas, veuillez les excuser !

Les Syriens, dans cette bataille perdue d’avance, gardent toujours une lueur d’espoir, ils ont déjà tout perdu, ils n’ont qu’à tout tenter pour arriver à attirer l’attention des citoyens de cette société. Ils espèrent qu’ils vont terminer par répondre présent à leurs appels, un espoir converti en défi, un défi que les syriens insistent à relever, le poing levé ! une phrase à placer : Bon courage, très bon courage même.

Les réfugiés ont changé de tenue, vêtus d’une nouvelle façon de faire les choses, désormais tout est misé pour capter cette attention française, qui échappe belle à chaque fois qu’ils s’approchent d’elle. Cette fois-ci, si l’arabe ne vous parle pas, si même le français ne vous a pas ébranlé car vos ouïes sont prises par autres choses que ces voix souffrantes, ils ont décidé de lever tous des pancartes sur lesquelles on a bien écrit si noir sur blanc ‘’Famille syrienne, Aidez-nous SVP ‘’. Ils circulent tous avec ce message écrit et levé haut dans le ciel. Inutile de vous dire que rien n’a changé, on ne réagit toujours pas ! les gens ont le regard baissé vers le sol, vers la droite ou vers la gauche. On préfère admirer les plafonds, et ne pas accorder de la vue à ces bouts de carton levés demandant de l’aide ! Les syriens ont déjà compris que c’est loin d’être gagné. Désormais, il y a un peu de tout, ils lèvent leurs pancartes, ils crient en arabe et en français, espérant que quelqu’un va pencher sa trajectoire vers eux, et venir croiser leurs chemins.

Le monde et la bêtise humaine…!

Une illustration, de ce qui se passe au tour de moi, un peu trop sarcastique, dans cette société où il n’y a pas que les français, des américains y sont, des latins y sont, des asiatiques, des africains et le meilleur pour la fin des arabes musulmans ! A chacun son combat, à chacun sa misère pour réussir son quotidien. C’est bien clair que la vie est loin d’être un fleuve tranquille, on ne danse pas chaque jour au rythme d’une vie utopique surtout dans une société pareille, mais même avec le peu des moyens que nous possédions on peut venir en aide d’une personne au moins. Tout cela pour dire que ce n’est pas un manque de moyen mais c’est une crise de valeurs, une pénurie d’humanité et d’empathie, un manque de partage. Je crois que pour les générations à venir, il faut accorder les violons et réapprendre à donner, car sous prétexte qu’on n’a jamais assez pour donner, cette notion de partage est en voie de disparition.

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde qui a tellement de regrets, tellement de choses promises qu’il n’a pas su tenir, je ne cherche pas à savoir c’est la faute à qui, mais à mon niveau je me suis engagée à donner et à aider afin de pouvoir rendre cette mine moins grise, pour commencer à tracer un sourire sur des visages secs de tristesse, qui se sentent trahis par l’humanité entière. Je sais, je ne suis pas la seule à bouger, qu’il y a bien des âmes de bienfaiteurs dispersées partout. Les efforts de chacun de nous pris isolement peuvent s’avérer anodins et sans impact considérable, mais conjuguer les miens aux tiens et aux siens, le monde verra la difference. Il ne faut pas aussi oublier que c’est ramadan et que ces personnes sont non seulement loin de leurs familles mais elles n’ont plus de leur patrie que des souvenirs et de la nostalgie pour apaiser leur vécu.

Le Ramadan, c’est d’abord une occasion pour se réunir en famille, Soyons solidaires, soyons juste humains et avant tout soyons des êtres aux cœurs et âmes vivants, se mettre à leurs places est largement suffisant pour contribuer de tout cœur pour que leur demain soit mieux que leur hier, moins pire que leur aujourd’hui à la hauteur de leurs prières…!




  • Ayoub Assandi

    L’humain est précieux et c’est à chacun de nous de faire preuve de son humanité!
    Très bon article. Bonne continuation (y)

  • Alaika yousra

    Merci Ayoub , ça fait plaisir 🙂

  • Issam Sentissi

    Touchant, réaliste et choquant à la fois ! Un article très bien rédigé, un style cohérent et fluide ! Mes félicitations, big up (y)

  • Alaika yousra

    Merci beaucoup pour ces mots Issam 😀

  • Mouhssine Nahass

    Excellent article, que Dieu les aide en ces dures circonstances

  • Alaika yousra

    Ya rebbi Amiiine merci Mouhssine

  • Younes diabi

    Malheureusement le mot  » partager » n existe que sur Facebook mais pas dans la réalité
    Tres bon article

  • Alaika yousra

    Malheureusement…. Merci Younes 😀

  • Soha Alaika

    L’humanité échouée !
    Excellent article ! Très bien rédigé! Toutes mes félicitations 😀

  • Alae Ajraoui

    Truth has been said, c’est désolant de voir ca chaque jour, mais au moins faire entendre leur voix est beaucoup mieux que de passer pour des sourds près de ces humains, tout comme nous.

    You did well Yousra, keep it up, Bravo !

  • Alaika yousra

    Joliment au plus grand coeur au monde, je suis amoureuse de ta sensibilité 😀 merciii d’avoir lu mon article <3

  • Alaika yousra

    T’as raison Alae
    Thank you dear

  • ottman

    Cette force et cette puissance des mots, je me demande quelle énergie a bien pu les propulser dans cet agencement au point qu’on imagine facilement voir cette réalité par l’interstice d’une porte mal fermée. vivement la suite………

  • Alaika yousra

    Merci pour ces mots Othmane (y)

  • Soha Alaika

    Si c’est une sensibilité innée, elle sera sûrement héréditaire. Si elle est acquise , ne sera que toi , ma seule maitresse <3

  • Omar J

    Un article qui me fait sentir la beauté de l’ame humaine ! Certes la realité ne l’exprime carrement pas mais au moins on peut le sentir dans ces beaux forts mots ! Keep it up Yousra 😉

  • Soukaina Oublal

    You were brave enough to listen to them, look at them, and mostly feel them .. many of us neglected them because they remind us how weak our union became, how down we can get at any moment ..
    Yousra, I thank you for speaking up for our conscious!
    Nothing can be added to what you advanced ..
    Big up Sis ????

  • Soukaina Oublal

    You were brave enough to listen to them, look at them, and mostly feel them .. many of us neglected them because they remind them how weak our union became, how down we can get at any moment ..
    Yousra, I thank you for speaking up for our conscious!
    Nothing can be added to what you advanced ..
    Big up Sis ????

  • Alaika yousra

    Thank you my Road mate for these words :D, special as alwaaays
    Love yaa

  • Alaika yousra

    Merci omar for this cute comment 😀

  • Pingback: Maria Smith()